Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘agriculture urbaine’ Category

L’ Air-Pot est un contenant en plastique recyclé et réutilisable qui grâce à son design développe activement la qualité du système racinaire des plantes.

Cette méthode révolutionnaire de culture en pot produit un système racinaire exceptionel, sans chignonage. Ce qui est impossible à obtenir avec d’autres conteneurs.

Fabriqué en HDPE (Polyéthylène Haute Densité) recyclé, l’ Air-Pot est de forme circulaire, avec une parois perforée en 3D, comme une boite d’oeuf. Il ne possède pas de surface plate pour déformer les racines et commencer le « chignonage ».

Les racines sont dirigées vers les trous d’air à l’extrémité des cônes, où la densité d’air élevée déshydrate la pointe ou, autrement dit, la coupe (air-pruning).

La réaction de la plante à ce processus de taille par l’air est la formation de plus de racines. Ainsi les plantes développent un système racinaire dense, fibreux et radiaire très rapidement.

L’ Air-Pot peut être fabriqué en plusieurs tailles, plusieurs hauteurs et peut être utilisé comme un conteneur complet avec ou sans base.

L’introduction récente d’un design amélioré du  Air-Pot qui améliore la solidité du conteneur une fois assemblé grâce à la coupe transversal de la paroi, donne aussi une réduction du temps d’assemblage.

Les avantages de l’utilisation des Air-Pots sont:

  • Elimination du chignonage racinaire.
  • Réduction des temps de croissance en pépinière.
  • Possibilité de planter toute l’année.
  • Production simplifiée.
  • Doublement, au moins, de la durée de conservation du stock de plantes.
  • Réduction des pertes.
  • Réactions supérieures de la plante en conditions climatiques extrêmes.
  • L’Air-Pot est fabriqué en HDPE recyclé.


Venez découvrir tous les modèles à la boutique  « Les jardins de Lutèce »     7 rue des Patriarches 75005  Paris  01.45.84.75.13

Publicités

Read Full Post »

Le Bois Raméal Fragmenté (dits BRF ou encore bois raméaux fragmentés) est le nom donné à un mélange de résidus de broyage de rameaux de bois frais (branches).

Par sa couverture du sol et son apport en lignine, il favorise le développement d’humus qui permet de limiter, voire de supprimer, le labour, les apports d’engrais et l’irrigation.

En utilisant des branches fraîchement broyées et répandues rapidement au sol, une pédofaune et une pédoflore vont s’installer et ainsi reproduire les mêmes mécanismes que la forêt, laquelle est autosuffisante. Les BRF sont considérés comme des aggradants (on parle alors d’aggradation à l’inverse de dégradation) et présentent donc un matériau de premier choix pour restaurer les sols épuisés.

La culture sur B.R.F permet de neutraliser les principales maladies dont sont victimes les tomates (exemple, la Fusariose). Vous pouvez récupérer auprès d’un élagueur tous les rameaux de bois (dont le diamètre est inférieur à 7 cm), sauf les résineux qui apportent de l’acidité. C’est une méthode biologique, et économique : entrez en contact avec les élagueurs de votre commune, cela les arrange de vous donner les rameaux de bois, car s’ils les rapportent à la déchetterie, ils doivent payer une taxe.

Read Full Post »

net

Plein feu sur ce Livre sortit aux éditions Terre Vivante qui nous en apprend un peu plus sur l’origine de  cet engouement, qui est de plus en plus important,  pour les jardins communautaires.

Les jardins partagés s’inspirent des « community gardens » créés dans les années 70 à New York et en Californie. A la suite d’échanges entre association Canadienne, Américaine et Française le mouvement débuta à Lille à la fin des années 90. Réunissant à la fois un intérêt social et écologique, le nombre de projets de jardins partagés ne cesse de grandir.

Les auteurs sont au coeur de la mouvance des jardins partagés. Laurence Baudelet, ethno urbaniste, est chargée de mission au sein de l’association Graine de jardins en Ile de France. Frédérique Basset, journaliste et auteur, est spécialisée dans les sujets de société et d’écologie. Alice Le Roy est conseillère à la mairie de Paris sur les questions d’environnement.

Note de l’éditeur:

« Les jardins partagés représentent une innovation dans l’horizon très minéral de nos villes. Dans ces espaces à taille humaine, parenthèses de verdure dans un paysage de plus en plus aseptisé, on sème, plante, bine, arrose, mais avant tout, on cultive l’échange et la solidarité. Toutes les générations s’y retrouvent, celles qui ont encore le souvenir de leurs racines rurales et celles qui l’ont perdu. Le jardin devient un laboratoire de petites utopies, où l’expérimentation environnementale va de pair avec la convivialité et la créativité.

Cet ouvrage reflète le foisonnement des expériences, la diversité des histoire de jardins et la richesse des parcours de jardiniers, grâce à de nombreux témoignages, recueillis dans toute la France. Le citoyen en herbe pourra y puiser l’inspiration et toutes les informations utiles pour se lancer dans l’aventure. »

carte-jardins-partages-france

Read Full Post »

97828126000051

Ce superbe livre vient de sortir en France au mois de Février aux éditions du Rouergue. L’auteur Josep Maria Vallés est un ingénieur agronome qui cultive des légumes sur sa terrasse depuis plus de dix ans.

note de l’éditeur:

« Alors si vous voulez manger des légumes savoureux et non traités, sans vous ruiner, mais que vous vivez en ville et n’avez pas de jardin. Qu’à cela ne tienne, grâce à ce livre, vous allez pouvoir aménager un véritable potager bio sur votre balcon ou votre terrasse.

Accessible à tous, y compris aux apprentis jardiniers, richement illustré de photos, shémas, dessins,  ce manuel complet aborde tous les aspects à prendre en compte pour l’instalation, l’entretien et la planification de votre potager.

Josep Maria Vallés vous fait partager sa longue expérience de jardinier urbain. Avec lui, vous retrouverez le plaisir de manger des légumes sains que vous aurez cultivés vous-même. »

Read Full Post »

lorna-bag-garden

Un autre concept  présenté par l’organisation Send a Cow : le bag garden. Véritable petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre.

Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon…

ja-house-bg-close1

Read Full Post »

3488411_blog1

Kokopelli est une association qui se bat pour la libération de l humus et des semences.En effet ils vendent des graines de légumes anciens reproductibles à l’inverse des semenciers officiels qui eux vendent des graines F1 non reproductibles, rendant ainsi les cultivateurs dépendants,  limitant le nombre de variétés et réduisant ainsi la biodiversité. L’association est régulièrement attaquée par les gros semenciers.

Ils ont besoin de votre aide: SIGNEZ LA PETITION…

http://www.univers-nature.com/signez/?code=cat

« La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples. Les vendeurs de pesticides bricolent dans leurs laboratoires des chimères génétiquement modifiées, qu’ils osent appeler semences, générant des plantes dépendantes entraînant une régression technique pour les paysans, les jardiniers et les amateurs.
Les lobbys, aidés par l’Etat, pour obtenir le monopole de ce qui appartient à tous, veulent supprimer le droit inaliénable de chacun de ressemer sa récolte. Les sélections de terroir garantissent des plantes saines et savoureuses. La semence industrielle est malade, elle ne peut vivre sans pesticides, engrais chimiques ou manipulations génétiques. Polluante pour l’environnement, elle est le point de départ de la mal-bouffe. Comme les générations qui nous ont précédés, nous avons le devoir de transmettre à nos successeurs, la possibilité d’orienter et de choisir leur avenir.- Conscient que le maintien de la biodiversité est facteur de sécurité, d’indépendance alimentaire et de nourritures abondantes pour demain,
– Conscient que la semence est un bien commun à tous les peuples,
– Je demande que la loi AFFIRME le droit inaliénable de toute personne de cultiver, semer, multiplier, acheter, échanger, offrir, céder, transmettre, tout végétal (graine, bouture, plant, tubercule, etc.) sans restriction légale d’aucune sorte.
– Je revendique le droit de me procurer et de consommer librement la nourriture issue du produit des semences de population, de pays, de famille, dites anciennes : toutes, graines de vie.En signant cette pétition, je défends ma liberté, un patrimoine et permet, avec l’association Kokopelli, la transmission de la biodiversité et de la fertilité aux générations futures. »

etendue48ko012

8 ème édition augmentée. Ouvrage de 704 pages, toutes en couleurs, illustrées de 950 photographie. Cet ouvrage présente une collection planétaire de 2700 variétés et espèces principalement alimentaire. Il présente également 125 pages d’articles sur la biodiversité, la confiscation du vivant, la folie des chimères génétiques. C’est un manuel de production de semences pour le jardin familial avec des informations très détaillées permettant à tous les jardiniers, et maraichers, de produire leurs propre semences en toute pureté variétale.

Indispensable !!!

Read Full Post »

picskids6a1

New Roots Urban Farm est un collectif à but non lucratif qui oeuvre pour la diffusion de techniques de jardinage urbain dans la ville De St Louis dans le Missouri.Ils permettent ainsi aux habitants des quartiers en difficultés de ce réunir autour d’un projet commun: le potager; et de subvenir à une partie de leurs besoins alimentaires.

Voici leur manifeste:

« Nous sommes réunis car nous partageons la même vision du soutien humanitaire. Nous croyons que toutes les communautés humaines sont responsables de creer et de maintenir leurs besoins basiques en utilisant des méthodes durables et que les membres de ces communautés sont responsables de leur besoins et de leur environnement. Nous pensons que toutes les communautés peuvent  se donner du pouvoir et en donner à leur environnement en participant activement à l’organisation et à la production de leurs besoins les plus basiques.
Au niveau le plus local, nous pensons que chaque quartier devrait avoir un système localisé qu’il créerait pour satisfaire au besoin de nourriture de leur communauté. Nous ne pouvons pas compter sur les fermes  ou les marchés éloignés pour nous nourrir, nourissons nous tout seul. Nous devons prendre nos responsabilités pour nous-mêmes et nos communautés. Nous sommes là pour expérimenter un nouveau modèle de ce qu’une communauté peut accomplir par elle même.
Nous couvrons la bordure géographique de 2 quartiers dans le Nord de la ville de Saint Louis où nous soutenons et entretenons 2 sites fermiers et 2 maisons tests avec une cuisine extérieure, plusieurs arbres fruitiers, une petite communauté de maisons.
Avec moins d’1/2 acre, nous nourissons en moyenne 75 personnes par semaine en pleine saison.
Notre site fermier principal sert de terre de rencontre pour les gens, les idées, les nouvelles méthodes et les approches innovantes de l’agriculture pour un mode de vie responsable. »

« Nous pensons que notre société encourage des injustices importantes, des violences endémiques, une destruction écologique ruineuse et de l’avidité et que ces problèmes sont ancrés dans les systèmes dominants gouvernementaux et économiques. nous préférons donc un changement de système radical et nous nous opposons aux systèmes dominants incluant le capitalisme, le patriarcat et la suprématie blanche. »picskids5a

Read Full Post »

Older Posts »