Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Livres’ Category

090109reportage3

Masanobu Fukuoka (1914 – 2008)  est  microbiologiste de formation , il s’est spécialisé en phytopathologie, avant de commencer à douter des progrès apportés par l’agriculture scientifique. Il abandonne alors son poste de chercheur et part cultiver sa ferme familiale sur l’île de Shikoku. Dès lors, il consacre sa vie à développer une agriculture plus conforme à ses convictions, qu’il qualifiera d’agriculture naturelle. Ses recherches, inspirées de ses racines culturelles zen, taoïste, shinto, vont dans le sens d’une unification spirituelle entre l’Homme et la Nature. A partir des années 1980, ses travaux rencontrent progressivement une reconnaissance mondiale, et il multiplie les conférences et rencontres internationales. Sa ferme devient un lieu d’échange sur ses pratiques pour des experts et curieux venus du monde entier.

Il est l’auteur de la Révolution d’un seul brin de paille qui raconte et théorise son expérience en agriculture naturelle. Sa pratique inspire en grande partie la permaculture de Bill Mollison et David Holmgren, malgré des différences philosophiques notables, l’agriculture naturelle étant basée sur le non-agir et le refus du savoir scientifique et rationnel.

« …répandre de la Paille est le fondement de ma méthode pour faire pousser le riz et les céréales d’hiver. C’est en relation avec tout, avec la fertilité, la germination, les mauvaises herbes, la protection contre les moineaux, l’irrigation. Concrètement et théoriquement, l’utilisation de la paille en agriculture est un point crucial. Il me semble que c’est quelque chose que je ne peux faire comprendre aux gens. »

« Faire pousser des arbres sans élagage, sans fertilisant ni pulvérisations chimiques n’est possible que dans un environnement naturel. »

« Comme la nourriture naturelle peut être produite avec le minimum de coût et d’effort, j’en déduis qu’elle devrait être vendue meilleur marché. »

076-016-01a1

En laissant faire la nature, et en limitant au maximum les interventions humaines nécessaires, il réalise que le rendement de sa production de riz est meilleur qu’en agriculture classique. Même sans apport extérieur, sa méthode d’agriculture a pour principal effet d’enrichir le sol plutôt que de l’épuiser.

Selon lui, l’esprit de discrimination, qui frappe l’ensemble de nos sociétés, a touché aussi l’agriculture productiviste moderne, et en explique les dérives. L’esprit de non-discrimination permet à l’homme attaché à la nature de la percevoir comme un tout non différentiable. Le sūtra du cœur, qu’il cite, essence du bouddhisme zen, résume l’esprit et la pratique de cet ancien chercheur en pathologies des plantes. Sa référence à Dieu sera plus marquée dans son dernier livre. Son premier ouvrage offre un éclairage simple et clair sur l’évolution de l’agriculture japonaise et mondiale.

En 1988 il a reçu le « Ramon Magsaysay Award », souvent considéré comme équivalent au Prix Nobel en Asie pour ses travaux et services rendus « à l’Humanité ».

Beaucoup de travail a été fait pour adapter la méthode Fukuoka aux conditions de l’agriculture européenne, entre autres les recherches de l’agriculteur français Marc Bonfils, du travail de Emilia Hazelip, qui au cours de nombreux stages en France, en Espagne, et aux États-Unis, ont repris les fondamentaux du travail de Fukuoka.

Le jardin d’Emilia Hazelip part 1

Publicités

Read Full Post »

guerilla-gardening-tokyo-2

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes. Les guerriers jardiniers armés de pelles, de rateaux et de leur fameuses « seed bombs » envahissent les centres villes…

l26878626816_9642

Ce mouvement né il y a 25 ans à New York connait une seconde jeunesse depuis que le Londonien Richard Reynolds a fondé il y a 4 ans le blog http://www.guerrillagardening.org/ et écrit le livre  » On guerilla gardening ». Il a véritablement lancé un mouvement international de fleurissement sauvage des espaces publiques.

En France:

A Bordeaux par exemple, un groupe de planteurs sauvages de tournesol s’est constitué. A Lyon, le collectif  « on sème » a établi son premier jardin sauvage à Gorge de loup, sur un terrain squatté. Lugdunum Guerilla, à l’origine du collectif lyonnais, précise sur un forum que « les riverains sont bien impliqués, les gamins du quartier ont tous mis la main a la pâte ». A Paris, le groupe Verdir du Quartier Porte Saint-Denis Paradis de Paris Xe s’est fixé pour objectifs « d’encourager et coordonner les initiatives privées pour développer les espaces végétaux dans le quartier (fleurissement de pieds d’arbre, installation de jardinières…) ». Dans le XVIIIe arrondissement de la capitale,  le groupe  « Germinal – Vers un terrorisme tendre » leur a emboîté le pas.

Read Full Post »

net

Plein feu sur ce Livre sortit aux éditions Terre Vivante qui nous en apprend un peu plus sur l’origine de  cet engouement, qui est de plus en plus important,  pour les jardins communautaires.

Les jardins partagés s’inspirent des « community gardens » créés dans les années 70 à New York et en Californie. A la suite d’échanges entre association Canadienne, Américaine et Française le mouvement débuta à Lille à la fin des années 90. Réunissant à la fois un intérêt social et écologique, le nombre de projets de jardins partagés ne cesse de grandir.

Les auteurs sont au coeur de la mouvance des jardins partagés. Laurence Baudelet, ethno urbaniste, est chargée de mission au sein de l’association Graine de jardins en Ile de France. Frédérique Basset, journaliste et auteur, est spécialisée dans les sujets de société et d’écologie. Alice Le Roy est conseillère à la mairie de Paris sur les questions d’environnement.

Note de l’éditeur:

« Les jardins partagés représentent une innovation dans l’horizon très minéral de nos villes. Dans ces espaces à taille humaine, parenthèses de verdure dans un paysage de plus en plus aseptisé, on sème, plante, bine, arrose, mais avant tout, on cultive l’échange et la solidarité. Toutes les générations s’y retrouvent, celles qui ont encore le souvenir de leurs racines rurales et celles qui l’ont perdu. Le jardin devient un laboratoire de petites utopies, où l’expérimentation environnementale va de pair avec la convivialité et la créativité.

Cet ouvrage reflète le foisonnement des expériences, la diversité des histoire de jardins et la richesse des parcours de jardiniers, grâce à de nombreux témoignages, recueillis dans toute la France. Le citoyen en herbe pourra y puiser l’inspiration et toutes les informations utiles pour se lancer dans l’aventure. »

carte-jardins-partages-france

Read Full Post »

97828126000051

Ce superbe livre vient de sortir en France au mois de Février aux éditions du Rouergue. L’auteur Josep Maria Vallés est un ingénieur agronome qui cultive des légumes sur sa terrasse depuis plus de dix ans.

note de l’éditeur:

« Alors si vous voulez manger des légumes savoureux et non traités, sans vous ruiner, mais que vous vivez en ville et n’avez pas de jardin. Qu’à cela ne tienne, grâce à ce livre, vous allez pouvoir aménager un véritable potager bio sur votre balcon ou votre terrasse.

Accessible à tous, y compris aux apprentis jardiniers, richement illustré de photos, shémas, dessins,  ce manuel complet aborde tous les aspects à prendre en compte pour l’instalation, l’entretien et la planification de votre potager.

Josep Maria Vallés vous fait partager sa longue expérience de jardinier urbain. Avec lui, vous retrouverez le plaisir de manger des légumes sains que vous aurez cultivés vous-même. »

Read Full Post »

3488411_blog1

Kokopelli est une association qui se bat pour la libération de l humus et des semences.En effet ils vendent des graines de légumes anciens reproductibles à l’inverse des semenciers officiels qui eux vendent des graines F1 non reproductibles, rendant ainsi les cultivateurs dépendants,  limitant le nombre de variétés et réduisant ainsi la biodiversité. L’association est régulièrement attaquée par les gros semenciers.

Ils ont besoin de votre aide: SIGNEZ LA PETITION…

http://www.univers-nature.com/signez/?code=cat

« La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples. Les vendeurs de pesticides bricolent dans leurs laboratoires des chimères génétiquement modifiées, qu’ils osent appeler semences, générant des plantes dépendantes entraînant une régression technique pour les paysans, les jardiniers et les amateurs.
Les lobbys, aidés par l’Etat, pour obtenir le monopole de ce qui appartient à tous, veulent supprimer le droit inaliénable de chacun de ressemer sa récolte. Les sélections de terroir garantissent des plantes saines et savoureuses. La semence industrielle est malade, elle ne peut vivre sans pesticides, engrais chimiques ou manipulations génétiques. Polluante pour l’environnement, elle est le point de départ de la mal-bouffe. Comme les générations qui nous ont précédés, nous avons le devoir de transmettre à nos successeurs, la possibilité d’orienter et de choisir leur avenir.- Conscient que le maintien de la biodiversité est facteur de sécurité, d’indépendance alimentaire et de nourritures abondantes pour demain,
– Conscient que la semence est un bien commun à tous les peuples,
– Je demande que la loi AFFIRME le droit inaliénable de toute personne de cultiver, semer, multiplier, acheter, échanger, offrir, céder, transmettre, tout végétal (graine, bouture, plant, tubercule, etc.) sans restriction légale d’aucune sorte.
– Je revendique le droit de me procurer et de consommer librement la nourriture issue du produit des semences de population, de pays, de famille, dites anciennes : toutes, graines de vie.En signant cette pétition, je défends ma liberté, un patrimoine et permet, avec l’association Kokopelli, la transmission de la biodiversité et de la fertilité aux générations futures. »

etendue48ko012

8 ème édition augmentée. Ouvrage de 704 pages, toutes en couleurs, illustrées de 950 photographie. Cet ouvrage présente une collection planétaire de 2700 variétés et espèces principalement alimentaire. Il présente également 125 pages d’articles sur la biodiversité, la confiscation du vivant, la folie des chimères génétiques. C’est un manuel de production de semences pour le jardin familial avec des informations très détaillées permettant à tous les jardiniers, et maraichers, de produire leurs propre semences en toute pureté variétale.

Indispensable !!!

Read Full Post »