Feeds:
Articles
Commentaires

AIR-POT

L’ Air-Pot est un contenant en plastique recyclé et réutilisable qui grâce à son design développe activement la qualité du système racinaire des plantes.

Cette méthode révolutionnaire de culture en pot produit un système racinaire exceptionel, sans chignonage. Ce qui est impossible à obtenir avec d’autres conteneurs.

Fabriqué en HDPE (Polyéthylène Haute Densité) recyclé, l’ Air-Pot est de forme circulaire, avec une parois perforée en 3D, comme une boite d’oeuf. Il ne possède pas de surface plate pour déformer les racines et commencer le « chignonage ».

Les racines sont dirigées vers les trous d’air à l’extrémité des cônes, où la densité d’air élevée déshydrate la pointe ou, autrement dit, la coupe (air-pruning).

La réaction de la plante à ce processus de taille par l’air est la formation de plus de racines. Ainsi les plantes développent un système racinaire dense, fibreux et radiaire très rapidement.

L’ Air-Pot peut être fabriqué en plusieurs tailles, plusieurs hauteurs et peut être utilisé comme un conteneur complet avec ou sans base.

L’introduction récente d’un design amélioré du  Air-Pot qui améliore la solidité du conteneur une fois assemblé grâce à la coupe transversal de la paroi, donne aussi une réduction du temps d’assemblage.

Les avantages de l’utilisation des Air-Pots sont:

  • Elimination du chignonage racinaire.
  • Réduction des temps de croissance en pépinière.
  • Possibilité de planter toute l’année.
  • Production simplifiée.
  • Doublement, au moins, de la durée de conservation du stock de plantes.
  • Réduction des pertes.
  • Réactions supérieures de la plante en conditions climatiques extrêmes.
  • L’Air-Pot est fabriqué en HDPE recyclé.


Venez découvrir tous les modèles à la boutique  "Les jardins de Lutèce"     7 rue des Patriarches 75005  Paris  01.45.84.75.13

Le Bois Raméal Fragmenté (dits BRF ou encore bois raméaux fragmentés) est le nom donné à un mélange de résidus de broyage de rameaux de bois frais (branches).

Par sa couverture du sol et son apport en lignine, il favorise le développement d’humus qui permet de limiter, voire de supprimer, le labour, les apports d’engrais et l’irrigation.

En utilisant des branches fraîchement broyées et répandues rapidement au sol, une pédofaune et une pédoflore vont s’installer et ainsi reproduire les mêmes mécanismes que la forêt, laquelle est autosuffisante. Les BRF sont considérés comme des aggradants (on parle alors d’aggradation à l’inverse de dégradation) et présentent donc un matériau de premier choix pour restaurer les sols épuisés.

La culture sur B.R.F permet de neutraliser les principales maladies dont sont victimes les tomates (exemple, la Fusariose). Vous pouvez récupérer auprès d’un élagueur tous les rameaux de bois (dont le diamètre est inférieur à 7 cm), sauf les résineux qui apportent de l’acidité. C’est une méthode biologique, et économique : entrez en contact avec les élagueurs de votre commune, cela les arrange de vous donner les rameaux de bois, car s’ils les rapportent à la déchetterie, ils doivent payer une taxe.

090109reportage3

Masanobu Fukuoka (1914 – 2008)  est  microbiologiste de formation , il s’est spécialisé en phytopathologie, avant de commencer à douter des progrès apportés par l’agriculture scientifique. Il abandonne alors son poste de chercheur et part cultiver sa ferme familiale sur l’île de Shikoku. Dès lors, il consacre sa vie à développer une agriculture plus conforme à ses convictions, qu’il qualifiera d’agriculture naturelle. Ses recherches, inspirées de ses racines culturelles zen, taoïste, shinto, vont dans le sens d’une unification spirituelle entre l’Homme et la Nature. A partir des années 1980, ses travaux rencontrent progressivement une reconnaissance mondiale, et il multiplie les conférences et rencontres internationales. Sa ferme devient un lieu d’échange sur ses pratiques pour des experts et curieux venus du monde entier.

Il est l’auteur de la Révolution d’un seul brin de paille qui raconte et théorise son expérience en agriculture naturelle. Sa pratique inspire en grande partie la permaculture de Bill Mollison et David Holmgren, malgré des différences philosophiques notables, l’agriculture naturelle étant basée sur le non-agir et le refus du savoir scientifique et rationnel.

"…répandre de la Paille est le fondement de ma méthode pour faire pousser le riz et les céréales d’hiver. C’est en relation avec tout, avec la fertilité, la germination, les mauvaises herbes, la protection contre les moineaux, l’irrigation. Concrètement et théoriquement, l’utilisation de la paille en agriculture est un point crucial. Il me semble que c’est quelque chose que je ne peux faire comprendre aux gens."

"Faire pousser des arbres sans élagage, sans fertilisant ni pulvérisations chimiques n’est possible que dans un environnement naturel."

"Comme la nourriture naturelle peut être produite avec le minimum de coût et d’effort, j’en déduis qu’elle devrait être vendue meilleur marché."

076-016-01a1

En laissant faire la nature, et en limitant au maximum les interventions humaines nécessaires, il réalise que le rendement de sa production de riz est meilleur qu’en agriculture classique. Même sans apport extérieur, sa méthode d’agriculture a pour principal effet d’enrichir le sol plutôt que de l’épuiser.

Selon lui, l’esprit de discrimination, qui frappe l’ensemble de nos sociétés, a touché aussi l’agriculture productiviste moderne, et en explique les dérives. L’esprit de non-discrimination permet à l’homme attaché à la nature de la percevoir comme un tout non différentiable. Le sūtra du cœur, qu’il cite, essence du bouddhisme zen, résume l’esprit et la pratique de cet ancien chercheur en pathologies des plantes. Sa référence à Dieu sera plus marquée dans son dernier livre. Son premier ouvrage offre un éclairage simple et clair sur l’évolution de l’agriculture japonaise et mondiale.

En 1988 il a reçu le "Ramon Magsaysay Award", souvent considéré comme équivalent au Prix Nobel en Asie pour ses travaux et services rendus "à l’Humanité".

Beaucoup de travail a été fait pour adapter la méthode Fukuoka aux conditions de l’agriculture européenne, entre autres les recherches de l’agriculteur français Marc Bonfils, du travail de Emilia Hazelip, qui au cours de nombreux stages en France, en Espagne, et aux États-Unis, ont repris les fondamentaux du travail de Fukuoka.

Le jardin d’Emilia Hazelip part 1

Seed Bombing

seedballs33

Les "seed bombs" ou " seed grenades"  sont les armes favorites des "Guerilla gardeners", elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain.

Le terme "seed grenades" a été pour la première fois utilisé par Liz Christy en 1973 quand elle démarra à N.Y la "green guerilla" (les premières actions de fleurissement sauvage). Les premières grenades étaient fabriquées à partir de préservatifs, de graines de fleurs sauvages, d ‘eau et d’engrais.

guerillagardening200x-753324

Les "seed bombs" aujourd’hui employées s’inspirent d’une technique inventée par  Masanobu Fukuoka, le père de l’agriculture du non-agir ( une forme de culture Bio). Elles étaient employées pour la réhabilitation de terrains arides, la reforestation et l’agriculture naturelle.

393478812

1.  Mélangez 1/3  de lombricomposte  et 2/3 d’argile

393477854

2. Ajoutez y votre mélange de graine

393477254

3. Humidifiez  jusqu’à obtenir une pâte compacte.

393477043

4. Malaxez l ‘ensemble et formez des petites balles.

393476944

Voila c’est prêt…

393475712

Vous n’avez plus qu’à vous baladez et jetez vos "seed bombs" là ou bon vous semble…

guerilla-gardening-tokyo-2

Le "guerilla gardening" est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes. Les guerriers jardiniers armés de pelles, de rateaux et de leur fameuses "seed bombs" envahissent les centres villes…

l26878626816_9642

Ce mouvement né il y a 25 ans à New York connait une seconde jeunesse depuis que le Londonien Richard Reynolds a fondé il y a 4 ans le blog http://www.guerrillagardening.org/ et écrit le livre " On guerilla gardening". Il a véritablement lancé un mouvement international de fleurissement sauvage des espaces publiques.

En France:

A Bordeaux par exemple, un groupe de planteurs sauvages de tournesol s’est constitué. A Lyon, le collectif  "on sème" a établi son premier jardin sauvage à Gorge de loup, sur un terrain squatté. Lugdunum Guerilla, à l’origine du collectif lyonnais, précise sur un forum que « les riverains sont bien impliqués, les gamins du quartier ont tous mis la main a la pâte ». A Paris, le groupe Verdir du Quartier Porte Saint-Denis Paradis de Paris Xe s’est fixé pour objectifs « d’encourager et coordonner les initiatives privées pour développer les espaces végétaux dans le quartier (fleurissement de pieds d’arbre, installation de jardinières…) ». Dans le XVIIIe arrondissement de la capitale,  le groupe  "Germinal – Vers un terrorisme tendre" leur a emboîté le pas.

net

Plein feu sur ce Livre sortit aux éditions Terre Vivante qui nous en apprend un peu plus sur l’origine de  cet engouement, qui est de plus en plus important,  pour les jardins communautaires.

Les jardins partagés s’inspirent des "community gardens" créés dans les années 70 à New York et en Californie. A la suite d’échanges entre association Canadienne, Américaine et Française le mouvement débuta à Lille à la fin des années 90. Réunissant à la fois un intérêt social et écologique, le nombre de projets de jardins partagés ne cesse de grandir.

Les auteurs sont au coeur de la mouvance des jardins partagés. Laurence Baudelet, ethno urbaniste, est chargée de mission au sein de l’association Graine de jardins en Ile de France. Frédérique Basset, journaliste et auteur, est spécialisée dans les sujets de société et d’écologie. Alice Le Roy est conseillère à la mairie de Paris sur les questions d’environnement.

Note de l’éditeur:

"Les jardins partagés représentent une innovation dans l’horizon très minéral de nos villes. Dans ces espaces à taille humaine, parenthèses de verdure dans un paysage de plus en plus aseptisé, on sème, plante, bine, arrose, mais avant tout, on cultive l’échange et la solidarité. Toutes les générations s’y retrouvent, celles qui ont encore le souvenir de leurs racines rurales et celles qui l’ont perdu. Le jardin devient un laboratoire de petites utopies, où l’expérimentation environnementale va de pair avec la convivialité et la créativité.

Cet ouvrage reflète le foisonnement des expériences, la diversité des histoire de jardins et la richesse des parcours de jardiniers, grâce à de nombreux témoignages, recueillis dans toute la France. Le citoyen en herbe pourra y puiser l’inspiration et toutes les informations utiles pour se lancer dans l’aventure."

carte-jardins-partages-france

97828126000051

Ce superbe livre vient de sortir en France au mois de Février aux éditions du Rouergue. L’auteur Josep Maria Vallés est un ingénieur agronome qui cultive des légumes sur sa terrasse depuis plus de dix ans.

note de l’éditeur:

"Alors si vous voulez manger des légumes savoureux et non traités, sans vous ruiner, mais que vous vivez en ville et n’avez pas de jardin. Qu’à cela ne tienne, grâce à ce livre, vous allez pouvoir aménager un véritable potager bio sur votre balcon ou votre terrasse.

Accessible à tous, y compris aux apprentis jardiniers, richement illustré de photos, shémas, dessins,  ce manuel complet aborde tous les aspects à prendre en compte pour l’instalation, l’entretien et la planification de votre potager.

Josep Maria Vallés vous fait partager sa longue expérience de jardinier urbain. Avec lui, vous retrouverez le plaisir de manger des légumes sains que vous aurez cultivés vous-même."

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 75 autres abonnés